Eveil citoyen

 

 

 

Accueil

 

Pistes domaine agriculture

 

 

 

Trajectoires 
Pistes 
Sites 
Livres 
Films 
Adresses 
Contact 

 

 

 

 

 

La méthode des parasitoïdes, vieille de 25 ans, 
peut protéger les exploitations

[Précédent][Parent][Suivant]

"La vieille méthode des "insectes insecticides" pour éliminer les ravageurs de récoltes pourrait constituer une alternative écologique aux OGM (organismes génétiquement modifiés), également chargés d'éradiquer les nuisibles.

L'INRA (Institut National de la Recherche Agricole) a commencé à développer ce "traitement naturel" il y a plus de vingt-cinq ans, indique Eric Wajnberg, directeur de recherche à Antibes.

En France, 15% des cultures de maïs, soit 70 000 hectares, sont actuellement protégées par les parasitoïdes. L'insecte utile s'appelle le trichogramme. Minuscule parasite, cet hyménoptère pond ses oeufs dans ceux de la pyrale, le papillon nuisible qui s'attaque aux feuilles de maïs. "Ce procédé est plus efficace que le maïs transgénique puisqu'il intervient avant l'éclosion des oeufs. Le maïs ainsi modifié produit une protéine qui ne tue que les larves de la pyrale. Avant de mourir, elles ont le temps de causer des dégâts", explique le chercheur.

Responsable du groupe de travail de l'Organisation internationale pour la lutte biologique, Eric Wajnberg différencie quelque 150 espèces de trichogrammes.

Originaires du monde entier, ces insectes sont répandus sur 24 types de culture couvrant 32 millions d'hectares dans le monde, des exploitations de soja en Asie aux forêts canadiennes en passant par les céréales en Europe.

Les chercheurs tentent à présent de déterminer le profil génétique des parasitoïdes afin de sélectionner les caractères susceptibles d'"accroître leur force de frappe". Inutile, par exemple, de lancer sur des cultures méditerranéennes un trichogramme issu de Scandinavie, peu résistant à la chaleur. "Les OGM constituent un débat national, alors que la lutte biologique, moins chère, est complètement occultée", déplore Eric Wajnberg. "Pourtant notre méthode fonctionne bien, respecte l'environnement, fait moins peur au grand public et dispose d'un recul scientifique d'un quart de siècle", ajoute-t-il, se défendant de tenir un discours anti-OGM."

Article de Philippe Zygel (AFP) intitulé "Une alternative aux OGM" et paru dans le journal "Métro" du jeudi 17 octobre 2002

Notre commentaire : nous relayons ici cet article, malgré les difficultés que nous avons rencontrées avec certains termes utilisés dans celui-ci (!), parce qu'il montre l'existence d'une alternative - a priori séduisante - aux pesticides et aux OGM... et parce que la connaissance de cette alternative peut nous amener à modifier nos attentes de consommateur... et influer sur les pratiques agricoles d'aujourd'hui et de demain.

Ajouté le 18/02/04
 

[Précédent][Parent][Suivant]

 

 

 

 

 

 

 


www.eveilcitoyen.org