Eveil citoyen

 

 

 

Accueil

 

Pistes domaine économie

 

 

 

Trajectoires 
Pistes 
Sites 
Livres 
Films 
Adresses 
Contact 

 

 

 

 

 

Les écotaxes
 

 [Précédent][Parent][Suivant]

En ce qui nous concerne, la mise en place de taxes visant à "réintroduire le coût des impacts environnementaux d'un produit dans son prix" nous apparaît délicate... et nous espérons que l'encouragement, par nos comportements, des entreprises ayant de bonnes performances sociales et environnementales sera suffisant pour nous éviter d'avoir, un jour, à instaurer de telles taxes.

Ceci dit, les informations présentées ci-après nous ont vivement intéressés car elles montrent les conséquences négatives que peut entraîner la fixation de prix reflétant insuffisamment les coûts réels associés.

"Si le libre marché est si efficace, pourquoi, quand elle touche à l'environnement, l'économie en général est si inefficace ? La réponse est simple : les marchés sont formidables pour fixer les prix, mais ils sont incapables de reconnaître les coûts. Nous avons des marchés libres qui causent nuisances et souffrances aux communautés naturelles et humaines parce que les prix du marché ne reflètent pas les vrais coûts des produits et des services. Les propositions que vous trouverez dans ce chapitre et dans le précédent sont conçues pour résoudre les défauts du système actuel.

Malgré les discussions sans fin sur les forces et les faiblesses du libre échange, les marché opèrent au bénéfice de l'humanité lorsqu'ils reflètent les coups réels et au détriment de celle-ci quand les prix sont artificiellement bas. Par exemple le mouvement d'augmentation de l'efficacité des automobiles qui a commencé pendant la crise du pétrole de 1973-74 et qui s'est étendu en 1979-80, s'est arrêté dans les années 1980 quand les prix du pétrole sont retombés en-dessous de leurs prix (en dollars constants) d'avant la crise. Aux Etats-Unis, on paye 1 dollar pour un gallon d'essence, en Europe et au Japon de 3 à 5 dollars pour la même quantité. Ces derniers ont une consommation aux cent kilomètres bien plus basse que la nôtre (il faut dire que nous avons la plus élevée du monde) et donc ils dominent ce segment de notre industrie; la Honda Accord étant traditionnellement la meilleure vente de l'année en Amérique (même si, en 1992, c'est la Ford Taunus qui a gagné grâce à une baisse de prix de dernière minute). De plus, l'industrie automobile est deux fois plus efficace au Japon et en Europe qu'ici.

L'essence est bon marché aux Etats-Unis, parce que le prix ne reflète pas le coût des pluies acides, de la pollution atmosphérique et de leurs conséquences sur l'environnement et sur la santé. Pareillement, la nourriture aux Etats-Unis est la moins chère du monde, mais son prix ne dit pas que nous avons ruiné les sols, réduisant la couche arable de 50 cm de profondeur à 5 cm en un siècle, que nous avons contaminé notre eau potable (les fermiers ne boivent plus l'eau de leurs puits dans l'Iowa) et empoisonné les animaux sauvages avec nos pesticides. Quand les prix baissent, le pouvoir d'achat augmente et les gens ne se sentent pas concernés par les déchets, l'abondance, les cycles de production ou les produits de substitution. Quand les prix augmentent, il faut tout reconsidérer. C'est peut-être difficile au début, mais il en résulte généralement de l'innovation et de la créativité."

Extrait du livre L'écologie de marché

Ajouté le 12/11/03
 

 [Précédent][Parent][Suivant]

 

 

 

 

 

 

 


www.eveilcitoyen.org