earth02.gif

 

Eveil citoyen

 

 

 

Accueil

 

Pistes domaine santé

 

 

 

Trajectoires 
Pistes 
Sites 
Livres 
Films 
Adresses 
Contact 

 

 

 

 

 

Cancer : la piste - à valider - de R.G. Hamer
 

 [Précédent][Parent][Suivant]

Introduction

A une époque où le déficit de la sécurité sociale ne cesse de croître et où le cancer constitue, malgré les progrès réalisés par la médecine officielle, la principale cause de décès avant 65 ans en France et en Europe, nous souhaitons évoquer ici une piste aujourd'hui méconnue du grand public, qui pourrait - si sa validité se confirmait - s'avérer peu coûteuse et très efficace dans la lutte contre le cancer.

Toutefois n'étant pas médecins et ne pouvant personnellement garantir l'authenticité des informations relayées ici, nous vous invitons vivement à ne pas prendre ces informations pour "argent comptant", mais, au contraire, à les passer au crible de votre jugement, à les vérifier - ou à les faire vérifier par des personnes compétentes - et à nous signaler tout problème que vous pourriez détecter.

Nous vous engageons également à prendre le temps de lire ces informations dans leur totalité, une lecture rapide et/ou partielle pouvant laisser une impression erronée.

Mais pourquoi parler ici de Hamer, de ses travaux sur le cancer et de sa "Médecine Nouvelle", alors que Hamer a été condamné à plusieurs reprises pour exercice illégal de la médecine, alors que ses travaux sont contestés par certaines sommités médicales et alors que certaines associations et certains journalistes présentent Hamer comme un guérisseur ?

Tout simplement, parce qu'un rapide survol de l'histoire des sciences montre qu'une nouvelle théorie peut être très vigoureusement combattue par les tenants des théories que cette nouvelle théorie remet en cause (1)... et parce que tous les problèmes rencontrés par Hamer proviennent du fait que seul le point de vue de certaines sommités, dont les travaux sont radicalement remis en cause par les travaux de Hamer, est actuellement pris en compte pour évaluer la pertinence des travaux de Hamer.

Et c'est pour compenser un déséquilibre manifeste dans l'expression de deux points de vue antagonistes et tenter de mettre un terme à un affrontement sans merci (2) entre deux conceptions de la maladie et de son traitement, dont les malades nous semblent être les principales victimes, que nous présentons ici ce que nous avons actuellement compris du point de vue de Hamer et de personnes favorables à ses travaux et que nous souhaitons, plus généralement, l'ouverture d'une étude publique et officielle de ces travaux.

Qui est R.G. Hamer ?

Ryke Geerd Hamer est un médecin né en 1935 et diplômé de l'Université de Tübingen, Allemagne. Spécialiste en médecine interne, il a travaillé pendant plus de 15 ans dans des cliniques universitaires et a eu, pendant de nombreuses années, une carrière professionnelle tout à fait normale.

Tout bascula dans la vie de Hamer en 1978, année où il eut un cancer quelques mois après la mort brutale et dramatique de son fils Dirk. Comme Hamer n'avait jamais été sérieusement malade jusque là, il se demanda alors s'il pouvait y avoir un lien entre le choc terrible causé par la mort de son enfant et son cancer.

Hamer n'avança pas sur ce sujet jusqu'en 1981, année où il eut la possibilité de vérifier, en tant que chef de service en médecine interne dans une clinique de cancer gynécologique de l'Université de Munich, si ses patientes avaient subi un choc semblable à celui qu'il avait lui-même vécu.

Que découvrit alors Hamer ?

La "loi d'airain du cancer" - 1ère loi biologique

En interrogeant 200 patientes de cette clinique de cancer gynécologique, Hamer découvrit que toutes ces patientes avaient été confrontées, dans les mois précédant l'apparition de leur maladie, à un choc psychique "extrêmement brutal, dramatique, vécu dans l'isolement" (3) qui avait entraîné chez elles un intense conflit accompagné par tout un ensemble de symptômes facilement décelables dont la mobilisation jour et nuit de leurs pensées, la perte de sommeil, d'appétit et de poids, la baisse de la température de leurs extrémités...

En documentant systématiquement chaque cas, en collectionnant les scanners du cerveau et les résultats histologiques puis en les regroupant et en les comparant, Hamer découvrit aussi que la teneur subjective du choc psychique, c'est-à-dire la manière dont le patient l'a ressenti (4), provoquait l'altération d'une zone bien précise du cerveau, un "Foyer de Hamer" en forme de cible visible sur scanner cérébral (5), et déterminait la localisation du cancer dans l'organe.

Mieux encore, Hamer découvrit que l'évolution des niveaux psychique - cérébral - organique était synchronisée (6) tout au long de la maladie et que la résolution du conflit (7) entraînait des modifications remarquables au niveau du cerveau et de l'organe.

Hamer observa en effet que la résolution du conflit entraînait des changements manifestes chez le patient, qui cesse soudain de réfléchir jour et nuit à son conflit, se remet à dormir comme il faut et récupère les kilos qu'il avait perdu lorsque le conflit était actif... mais se sent moulu et rompu de fatigue et doit parfois rester allongé. Hamer nota également que des oedèmes apparaissaient dans un premier temps au niveau du "Foyer de Hamer" au cerveau (8) et dans l'organe, avant de se résorber progressivement après une "crise épileptique" déclenchée par le cerveau et marquant le début du retour à la normale (9).

Si la résolution du conflit constitue, pour Hamer, une étape indispensable à tout retour à la normale, il est important de remarquer que le malade doit être accompagné et suivi médicalement tout au long de sa maladie, y compris après la résolution du conflit, car l'apparition d'oedèmes et la "crise épileptique" constituent deux moments particulièrement délicats pour le patient. Notons enfin que Hamer pratiquera également, dans certains cas, des actes chirurgicaux mais essentiellement à la fin de la phase de guérison, pour enlever ce qui restera alors de tumeurs devenues inoffensives.

Et que se passa-t-il ensuite ?

Nous ne savons pas si Hamer manqua de tact ou de psychologie lorsqu'il présenta ses découvertes à ses collègues... ou si ceux-ci prirent tout simplement peur devant de si évidentes remises en cause des théories officielles. Toujours est-il que Hamer fut sommé de renier ses découvertes ou de quitter sur le champ la clinique pour laquelle il travaillait.

Hamer, convaincu du bien-fondé et de l'importance de découvertes, qui résultent non pas de théories mais d'une analyse systématique, rigoureuse et détaillée de faits, quitta cette clinique mais décida de ne pas en rester là.

A partir de ce jour, Hamer ne cessa en effet de demander la vérification officielle de ses découvertes, notamment auprès de l'Université de Tübingen, Allemagne, auprès de laquelle une thèse post doctorat accompagnée de 200 dossiers médicaux fut déposée en 1981, et fit tout son possible pour les faire connaître par le biais d'interviews, de livres, de conférences et de stages auxquels ont participé des dizaines de médecins allemands, français, suisses, espagnols, italiens...

Puisqu'aucune clinique ne voulait entendre parler de ses découvertes, Hamer fonda également le Centre de la Médecine Nouvelle à Bürgau, Autriche, qui accueillit de nombreuses personnes atteintes de cancers.

Si les découvertes de Hamer furent vérifiées à plusieurs reprises au triple niveau psychique - cérébral - organique par différentes équipes médicales lors de plusieurs conférences-vérifications, notamment en 1988 par une équipe de la faculté de médecine de Vienne, Autriche, en présence de l'une des plus hautes autorités autrichiennes en matière de cancérologie (MN1, 2, 3, ...), le centre de Hamer fut néanmoins fermé au bout de quelques années d'existence pour exercice illégal de la médecine.

Hamer fut également radié à vie de l'Ordre des médecins et condamné en Allemagne à 19 mois de prison ferme, là encore pour exercice illégal de la médecine, alors que l'efficacité de son centre s'était avérée nettement supérieure à celle des centres officiels appliquant les traitements habituellement prescrits en cas de cancers, c'est-à-dire chimiothérapie, radiothérapie et intervention chirurgicale parfois lourde et invalidante.

Autrement dit, Hamer fut condamné, non parce que son centre manquait d'efficacité - sur les 6 500 patients, dont les adresses avaient été saisies lors de la perquisition de ce centre, 6 000 d'entre eux étaient encore en vie au bout de 4 à 5 ans, soit plus de 90 % des patients traités -, mais parce qu'il remettait en cause les traitements habituellement prescrits en cas de cancer et qu'on l'accusait de "non-assistance à personne en danger", suite au décès de malades que Hamer "avait détournés de la médecine traditionnelle".

Et où en sommes-nous aujourd'hui ?

Malgré d'autres procès et de nouvelles condamnations, Hamer a poursuivi ses travaux et les a considérablement précisés et approfondis avec l'aide d'autres médecins et chercheurs.

Après avoir collecté, regroupé et comparé les dossiers médicaux de plus de 15 000 personnes, Hamer explique désormais un très grand nombre de maladies (cancers mais aussi scléroses en plaque, diabètes, allergies...) à l'aide de 5 lois biologiques (10) qui sont, selon Hamer, vérifiables sur chaque cas examiné... et qui font de la médecine une science à part entière, au même titre par exemple que la physique qui arrive, à l'aide d'un nombre restreint de lois, à expliquer et à prédire l'évolution précise d'un très grand nombre de phénomènes observables dans la nature.

Notons également que Hamer prétend que ses travaux ont - enfin - été validés officiellement par une université, l'Université de Trnava, Slovaquie, (MN1, 2)... mais que cette validation officielle est remise en cause par certains cancérologues éminents (et aussi par des associations et par des journalistes se basant sur les propos de ces médecins), qui soutiennent que les travaux de Hamer n'ont toujours pas été validés et qui continuent à reprocher à Hamer de ne pas bénéficier d'une validation officielle de ses travaux... tout en refusant eux-mêmes de procéder à leur examen.

En guise de conclusion

En ce qui nous concerne, nous comprenons et partageons tout à fait la prudence dont font preuve certaines personnes et associations à l'égard des travaux de Hamer, qui remettent radicalement en cause la conception usuelle de la maladie et de son traitement... et qui n'ont pour l'instant été vérifiés, dans le meilleur des cas, que sur quelques dizaines de malades au cours des 26 conférences - vérifications revendiquées par Hamer.

Ceci dit, nous trouvons les informations provenant de Hamer et de personnes favorables à ses travaux suffisamment troublantes pour souhaiter, ainsi que nous l'avons déjà dit plus haut, l'ouverture d'une étude officielle et publique de ces travaux, qui, s'ils s'avéraient exacts, permettraient de rêver d'un monde dans lequel le "fléau cancer" ne serait plus qu'un mauvais souvenir...


Suite aux remarques d'un proche, nous tenons à préciser deux points, sur lesquels il nous semble particulièrement important d'insister dans le cas où les travaux de Hamer se verraient en bonne partie confirmés par l'étude officielle que nous souhaitons.

Le premier est qu'une personne atteinte d'un cancer doit toujours être accompagnée et suivie médicalement, par un médecin compétent, tout au long de sa maladie, même lorsque son cancer résulte d'un choc psychique semblable à ceux décrits par Hamer, car le malade traverse des moments délicats tout au long de l'évolution de son cancer, y compris après la résolution du conflit à l'origine de son cancer.

Le deuxième est qu'il n'est pas question, dans notre esprit, de renoncer à certaines avancées, indéniables selon nous, de la médecine officielle mais d'utiliser conjointement le meilleur de la médecine officielle et des travaux de Hamer pour nous soigner avec un maximum d'efficacité et augmenter significativement nos chances de guérisons lorsque nos maladies ont une origine clairement psychologique.

NB : A ce jour, certains cancers semblent ne pas avoir une origine psychologique mais découler d'une alimentation pas assez équilibrée, de l'inhalation de fumée de cigarettes, etc.


Quelques précisions

(1) sur le fait qu'une nouvelle théorie puisse être très vigoureusement combattue par les tenants des théories que cette nouvelle théorie remet en cause

Si les fortes oppositions rencontrées par les théories d'un Copernic, d'un Freud, d'un Darwin ou d'un Pasteur... sont bien connues, des exemples beaucoup plus récents montrent que les scientifiques, aussi brillants et intelligents soient-ils, restent avant tout des êtres humains qui peuvent être très attachés à certaines de leurs conceptions et qui peuvent parfois s'opposer vigoureusement à leur remise en cause.

Ainsi, un physicien aussi génial et novateur qu'Einstein, auteur de la théorie de la relativité et de la formule mondialement célèbre E=MC2, a pu s'opposer pendant une bonne partie de sa vie, depuis les années 1920 jusqu'à sa mort en 1955, à une interprétation de la mécanique quantique qui contredisait sa conception du monde.

Nous pouvons remarquer à ce sujet que l'expérience, imaginée en 1935 par Einstein et par deux autres physiciens pour prouver que cette interprétation de la mécanique quantique était erronée, a enfin pu être techniquement réalisée en 1982... et que cette expérience a montré qu'Einstein s'était en fait trompé sur ce sujet ! (Retour)

(2) sur l'affrontement sans merci entre deux conceptions de la maladie et de son traitement

Si Hamer a subi des attaques de tous ordres - interdiction d'exercer, procès multiples, tentatives d'internement psychiatrique, etc. - et si nous pouvons tout à fait comprendre que Hamer puisse avoir été exaspéré par ces multiples attaques... nous trouvons que Hamer n'est guère tendre, de son côté, envers la médecine officielle dont il sous-estime parfois très nettement l'efficacité. Et nous pensons que cette attitude de Hamer ne facilite pas l'acceptation de ses propres travaux par certains représentants d'une médecine qu'il remet parfois si durement en cause ! (Retour)

(3) sur le type de choc psychique qualifié de "extrêmement brutal, dramatique, vécu dans l'isolement"

Hamer insiste beaucoup sur le fait que tous les chocs ne produisent - heureusement ! - pas de cancer et que les chocs qui entraînent l'apparition de cancers sont des chocs très particuliers qui, contrairement à la plupart des chocs rencontrés dans notre vie courante, sont inattendus, très brutaux, prennent la personne "à contre pied" et entraînent une mobilisation vaste et durable de ses pensées et de son organisme.

Nous pouvons aussi remarquer que Hamer remet en cause la théorie des métastases en expliquant l'apparition successive de différents cancers chez une même personne par une succession de chocs psychiques. Ainsi, une femme à laquelle on a enlevé un sein et qui se sent extrêmement dévalorisée par sa nouvelle apparence développera un cancer des os, non parce que des cellules cancéreuses auront migré du sein vers les os, mais parce qu'elle aura vécu un intense conflit de dévalorisation. (Retour)

(4) sur la teneur subjective du choc psychique, c'est-à-dire sur la manière dont le patient l'a ressenti

Pour Hamer, la teneur subjective du choc psychique, c'est-à-dire la manière dont le patient l'a ressenti, joue un rôle fondamental. Loin d'être déductible d'un événement-choc, cette teneur ne peut être découverte qu'en interrogeant le patient sur ce qu'il a ressenti au moment de ce choc.

Ainsi un même événement choc, comme par exemple la perte d'un enfant, peut aussi bien entraîner, selon le contexte, un intense sentiment de perte, qu'une grande tristesse, qu'un soulagement si cet enfant souffrait depuis très longtemps d'une maladie incurable, etc. (Retour)

(5) sur l'apparence des "Foyers de Hamer" en forme de cible

Des foyers en forme de cible avaient déjà été remarqués sur des scanners cérébraux par d'autres que Hamer mais ces foyers avaient toujours été interprétés, jusque là, comme un phénomène d'origine artificielle, provenant de l'appareil.

Curieux de voir ce qu'il en était réellement, Hamer fit un jour vérifier le bon fonctionnement d'un scanner ayant "détecté" la présence de tels foyers, par le fabriquant de ce scanner.

Les différents essais effectués alors par des techniciens, comme un léger déplacement de la tête d'un patient, le remplacement d'un patient par un autre... montrèrent que la présence et la localisation de ces foyers dépendaient bien des patients et que le scanner détectait bien quelque chose de réel.

Notons enfin que certaines personnes favorables à Hamer interprètent actuellement ces foyers comme la marque d'une rupture localisée du champ électromagnétique du cerveau, dont l'emplacement est très précisément déterminé par la teneur subjective du conflit. (Retour)

(6) sur l'évolution synchronisée des niveaux psychique - cérébral - organique

Si Hamer attache autant d'importance au type de choc psychique capable de provoquer un cancer et à la teneur subjective du conflit, c'est que ce sont justement ces deux paramètres - qui ne sont pas pris en compte dans les multiples études visant à étudier l'existence de liens entre le psychisme et le corps - qui permettent d'établir un lien étroit entre psychisme, cerveau et organe.

Selon Hamer, le système psychisme - cerveau - organe constitue même un système surdéterminé au sens scientifique du terme, dans la mesure où la connaissance de l'un est des trois niveaux permet de déduire nettement les deux autres.

Nous pouvons enfin souligner que les travaux de Hamer, qui décrivent de façon détaillée l'évolution de nombreuses maladies au triple niveau psychique - cérébral - organique sont aisément vérifiables par tout médecin ayant connaissance de ces travaux et disposant d'un scanner et de malades. (Retour)

(7) sur la résolution des conflits

Si certains conflits peuvent être résolus de façon pratique (exemple 1), d'autres conflits ne peuvent être résolus que par un travail d'acceptation et ce travail d'acceptation est toujours possible (exemple 2).

Exemple 1 : si une personne souffre d'un conflit de dévalorisation suite à la perte de son emploi, le fait de retrouver un emploi équivalent peut mettre fin à ce conflit et constitue, dans ce cas, une solution pratique de ce conflit.

Exemple 2 : si une personne souffre d'un conflit de perte suite à la mort accidentelle et brutale d'un enfant, ce conflit n'a pas de solution pratique et seul un travail d'acceptation peut permettre le dépassement - et donc la résolution - de ce conflit.

Remarque : en ce qui nous concerne, nous nous demandons si l'utilisation d'une technique comme l'EMDR ne pourrait pas faciliter la résolution de conflits résultant de situations particulièrement dramatiques. (Retour)

(8) sur l'apparence des "Foyers de Hamer" après la résolution du conflit

Selon Hamer, ce sont ces "Foyers de Hamer" oedématisés que la médecine officielle interprète comme étant des tumeurs cérébrales... et l'on peut mesurer, une fois de plus, l'ampleur des divergences existant entre les interprétations de Hamer et celles de la médecine officielle ! (Retour)

(9) sur la possibilité d'un retour à la normale après la résolution du conflit

La possibilité qu'un cancer puisse guérir sans traitement de type chimiothérapie, radiothérapie, intervention chirurgicale... entraîne souvent de vives réactions, bien compréhensibles, de peur et d'incrédulité.

Pourtant, la présence fréquente de polypes et autres tumeurs bénignes chez de nombreuses personnes montre, d'après certains médecins favorables aux travaux de Hamer, que l'on peut bien guérir de cancers sans traitement lourd... puisque ces polypes et autres tumeurs bénignes ne sont en fait que les "vestiges" de cancers guéris.

En effet, s'il y a un excès manifeste de matière à un endroit donné, c'est qu'il y a forcément eu, à un moment donné, prolifération cellulaire anormale à cet endroit... et donc ce que l'on appelle "cancer". (Retour)

(10) sur les nouvelles lois découvertes par Hamer

L'examen de nombreux nouveaux cas a amené Hamer à préciser certaines notions, notamment la notion de "rail" pour expliquer les "récidives" (chaque fois que nous ressentons à nouveau un des éléments d'un conflit, c'est tout le conflit qui se "réveille")... et à découvrir progressivement 4 autres lois, en plus de la "loi d'airain du cancer", qui valent aussi bien pour l'homme que pour l'animal, et qui permettent notamment de comprendre :

  le lien existant entre "maladies froides" - cancer, angine de poitrine, sclérose en plaques, etc... - et "maladies chaudes" - infections, rhumatisme, leucémie, ostéosarcome, etc... - (2ème loi biologique dite "loi des deux phases de toute "maladie", en cas de résolution du conflit")

  dans quels contextes et à quels moments il y a destruction cellulaire ou multiplication cellulaire (3ème loi biologique appelée "système ontogénétique des "maladies"")

  le rôle des microbes, des virus et des bactéries (4ème loi biologique appelée "système ontogénétique des microbes")

  ce que sont en fait réellement les "maladies" (5ème loi biologique ou "loi de compréhension").

Notons enfin que les différentes vérifications, revendiquées à ce jour par Hamer et par les personnes qui lui sont favorables, concernent essentiellement les lois 1, 2 et 3 ; la loi 4 n'ayant pas pu être vérifiée par manque d'informations. (Retour)

Pour en savoir plus

Si vous souhaitez en savoir plus sur les travaux de Hamer, vous pouvez, par exemple, consulter :

Pour un point de vue favorable, de façon non exhaustive :

  le site www.medecinenouvelle.com, dont nous n'apprécions pas toujours le ton et les propos mais dont nous nous sommes largement inspirés pour présenter ce que nous avons actuellement compris des travaux de Hamer. Ce site contient, entre autres, les rubriques : description des 5 lois biologiques (+), vérifications (+), ouvrages (+), etc.

  le site www.newmedicine.ca, qui est le site officiel de la "médecine nouvelle" de Hamer en langue anglaise.

Pour un point de vue défavorable, de façon non exhaustive :

  la page www.unadfi.org/actualite/themes/stop_cancer.htm de
l'Union Nationale des Associations de Défense des Familles et de l'Individu (UNADFI).

  la page www.prevensectes.com/hamer.htm du Groupe d'Etude des Mouvements de Pensée en vue de la Prévention de l'Individu (GEMPPI).

Remarques personnelles

Notre commentaire : si vous souhaitez, vous aussi, une étude officielle et publique des travaux de Hamer, nous vous invitons  vivement à transmettre les informations présentées ici à vos proches, à vos amis, aux médecins et étudiants en médecine que vous pourriez connaître... car seule une vaste mobilisation nous semble actuellement pouvoir conduire à une vérification officielle, au grand jour, de la validité - ou de l'invalidité - des travaux de Hamer.

Merci de faire passer !

Modifié le 14/06/04
 

 [Précédent][Parent][Suivant]

 

 

 

 

 

 

 


www.eveilcitoyen.org